bleu

BIENVENUE DANS LE CYBERDIDACTE !

Accueil Cyberdidacte

Pour commencer

Vos premières leçons


POUR COMMENCER...

Accédez au site d'Assimil

Vous avez dit... du coréen ?

Mode d'emploi de la méthode

La prononciation

L'écriture

LE COREEN EST UNE LANGUE SANS ACCENT TONIQUE !

Assfondgche2.gif (3829 octets)

La prononciation des voyelles

a, i, ou

- Prononciation presque identique aux sons des français..
- Le a est un peu plus grave que le â dans pâte.
- Le i ne se distingue en rien du "i" d'Astérix.
- Le son "ou" se prononce en coréen avec les lèvres moins arrondies qu'en français. Cette voyelle est en fait a mi-chemin entre notre "ou" de "fou" et notre "eu" de "feu". C'est pourquoi il arrive aux coréens qui débutent en français de confondre "moule" et "meule", "pour" et "peur".

ai, é

- On trouve entre la voyelle ai et la voyelle è du coréen à peu pres la même différence qu'entre le è ouvert et le é fermé.
- e : quasiment identique au e fermé du français dans "été".
- ai : beaucoup plus ouvert que notre è ouvert.


- ATTENTION ! En coréen on trouve toute une série de mots qui se distinguent les uns des autres uniquement par la différence entre é ferme et ai ouvert. Exemple :
kai
= chien / = crabe,
saim
= source / sém = calcul,
nai
= moi / = toi.

o, ô

- Même différence que précédemment : ouvert / fermé.
- o : très ouvert, comme dans le français "port".
- ô fermé est très arrondi. C'est en fait la seule vraie voyelle arrondie de cette langue. Elle ressemble aux prononciations françaises de "côte", "pôle", "nôtre".

- Là aussi l'opposition entre o ouvert et ô fermé permet de distinguer les mots :
kom = épée / kôm = ours,
som = île / sôm = coton,
sori = gel / sôri = son

eu

- La voyelle eu du coréen est un son intermédiaire entre le "i" de "fi" et le "eu" de "feu" du français.
- Le "eu" du coréen se prononce sans arrondir les lèvres. Exemple :
keul = écriture,
oneu = lequel,
adeul = fils.

y, ou, e+i

- le son y est comme le "y" du français "yatch", "yak", "yoyo", "yeux".
- ou, transcrit wi, ressemble au français "nuit", "lui".
- La combinaison de eu et de i, n'existe pas en français. Il faut bien distinguer wi de eui :
wisaîng = hygiène / euisaîng = herboriste.

 

Assfondgche2.gif (3829 octets)

La prononciation des consonnes

La prononciation des consonnes est un peu plus difficile que celle des voyelles pour deux raisons :
- Bien que les consonnes du français se retrouvent en coréen, elles n'ont pas la même valeur.
- Le coréen possède des consonnes inconnues des français.

Les consonnes douces

- Exemple : pal, tal , kal, tchada, sal se prononce comme dans les mots français "pal", "talon", "cale", "atchoum", "sale".
- ATTENTION : s suivi de i ou de y se prononce "ch" comme dans le français "chaise", "choix" ; c'est pourquoi, dans ce cas, il est noté au moyen de ch.
Exemple : chi = heure, chyasseu = chemise (de l'anglais shirt).

- Entre deux voyelles ou après m, n, ng et l, les consonnes douces se prononcent comme b, d, g et dj. Comparez pap et pabo, tat et tada, kak et kagou, tchim et padji.
- La consonne douce s se prononce toujours s et jamais z comme en français "maison" ou "foison".

Les consonnes fortes

- Elles ont, comme leur nom l'indique une prononciation beaucoup plus énergique.
- Elles sont articulées d'une manière très appuyée et les lèvres "pincées" sans laisser passer un souffle d'air.
- Exemples : ppalgan = rouge, ttal = fille, kkalda = déplier, ttchada = glace.
- Le s aspiré n'existe pas, ce qui élimine une difficulté !

Les consonnes aspirées

- Elles se différencient des autres consonnes par la présence d'une forte expiration d'air (appelée à tort "aspiration" dans la terminologie traditionnelle).
- Pour bien prononcer, il faut éviter de "pincer les lèvres" comme pour les consonnes fortes, mais, en prenant pour point de départ la consonne douce, faire suivre son articulation d'un fort souffle d'air.
- L'aspiration est notée au moyen du signe ' (apostrophe).
- Exemple : p'al = bras, t'al = masque, k'al = couteau, t'chada = porter à la ceinture.

Les consonnes
m, n, ng, l, r, h

- Ces consonnes échappent à la triple distinction (consonnes fortes, douces, aspirées).
- m et n ont la même prononciation qu'en français. Pour que vous ne tombiez pas dans le panneau des habitudes et que vous vous rappeliez bien que n se prononce toujours n, nous l'avons noté nn en fin de syllabe ou devant une consonne : minn ne se prononce pas comme le français "main", mais comme le mot "mine", mann = seulement, comme le francais "manne", etc.
- Quand le n est redoublé, nous plaçons un tiret entre les deux. Exemples : chin-nyon = "Nouvel An", sôn-min = "client".

- Le son ng est une consonne simple, mais notée par deux lettres.
-Ce son est maintenant bien connu des français grâce aux emprunts de l'anglais tels que "shopping", "marketing", etc. Le son ng du coréen en est le frère jumeau.
- ATTENTION ! La différence entre n et ng permet de distinguer des mots. Exemples :
sann = montagne / sang = prix
sônn = main / sông = panégyrique
- ng n'apparaît jamais au début de mot ou de syllabe, mais toujours à la fin.
- Quand il est suivi par une voyelle, celle-ci appartient à la syllabe suivante. Pour que vous ne l'oubliiez pas, il sera toujours séparé de cette voyelle par un tiret
- Veillez à bien prononcer ng d'un seul tenant, sans faire la liaison avec la voyelle qui le suit.
Exemple : ing-ô = carpe.

- La consonne l qui se prononce comme le "l" du français apparaît soit en fin de mot, soit devant toutes les consonnes sauf h.
- Quand l est redoublé, tout comme pour n, un tiret est placé entre les deux.
Exemple : ppal-li = vite.

- Le son h est un h aspiré comme dans l'anglais "home" ou l'allemand "Heimat".
- Les français qui n'ont pas ce son dans leur langue, oublient souvent de le prononcer, mais en coréen, c'est une faute à ne pas commmettre, car de sa prononciation dépend la différence entre certains mots.
Exemples : = enfant / haî = dommage.